Dakar abrite la 70ième session ordinaire du conseil des Ministres de l’OMVS

  • 70ième session ordinaire du conseil des Ministres de l’OMVS
  • 70ième session ordinaire du conseil des Ministres de l’OMVS

La 70 ème session ordinaire du Conseil des Ministres de l’OMVS s’est tenue à Dakar au siège de l’Organisation ce 15 décembre 2017. Après trois jours de réunion préparatoire des experts, l’ouverture officielle de la 70 ème session ordinaire s’est déroulée ce matin en présence du Haut-Commissaire M. Ahmed Diane SEMEGA qui a accueilli successivement M. Cheick Taliby Sylla, Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique de la Guinée et Président du Conseil des Ministres de l’OMVS, de M. Ibrahim Bangoura, Ministre de l’habitat, de la ville et de l’Aménagement du territoire de la Guinée, M. Malick Al Housseyni, Ministre de l’Energie du Mali, M. Mohamed Ould Abdel Vettah, Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Mines de la Mauritanie et M. Mansour Faye, Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal.

Moment essentiel dans l’agenda du Haut-Commissariat, cette réunion permet de faire un bilan de l’exercice 2017 et de fixer les objectifs stratégiques et budgétaires pour l’année 2018 pour le Haut-Commissariat et les Sociétés qui assurent la gestion et l’exploitation des ouvrages communs de l’organisation.

D’emblée, le Haut-Commissaire de l’OMVS, M. SEMEGA, après avoir souhaité la bienvenue à ses hôtes et remercié les chefs d’Etat des pays membres de l’organisation, a axé son intervention sur sa vision de l’organisation durant son mandat. Il a insisté sur la nécessité d'instaurer une culture de la coordination dans la culture de l’OMVS. Permettre une fluidité dans la gestion et le management des projets participe à la modernisation de l’OMVS qui a besoin d’une mutation interne qui passe par « un changement de mentalité », seule solution face aux défis futurs de l’organisation. Pour atteindre ces objectifs, le Haut-Commissaire a insisté sur l’impérieuse nécessité de diversifier les sources de financement de l’OMVS qui permettraient une meilleure rationalisation des ressources financières pourvue par la contribution des Etats membres.

C’est dans la même perspective que s’inscrit le discours du Président du Conseil des Ministres de l’OMVS M. Sylla qui souhaite une meilleure « clé de répartition » dans la contribution financière des Etats membres qui, selon lui, déséquilibre les coûts et charges soutenues par 3 au lieu de 4 Etats. Abondant dans le même sens que le Haut-Commissaire Séméga, le Président du Conseil des Ministres de L’OMVS a réitéré son objectif d’atteindre l’autofinancement de l’organisation dans un avenir proche en optimisant la contribution des Sociétes de gestion des ouvrages comme la SOGEM, La SOGED, la SOGENAV et la SOGEOH, car il y va de la survie de l’OMVS et de sa modernisation.

Même si un effort considérable a été noté dans l’accomplissement des ouvrages communs comme les barrages de Diama, ManantalI et Félou et qu’ils ont sensiblement contribué à l’amélioration des conditions de vie des populations le long du bassin du fleuve Sénégal, le Haut-Commissaire comme M. Sylla, Président du Conseil des Ministres de l’OMVS, ont attiré l’ attention sur la prise en compte des enjeux du changement climatique dans la gouvernance de notre organisation.

M. Mansour Faye, Ministre sénégalais de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal, après un discours introductif élogieux à l’égard de l’OMVS, a rappelé les atouts non négligeables de cette organisation sous-régionale citée en modèle à travers le monde. Il termine son propos en vantant l’expérience inestimable acquis chemin faisant et en fixant le cap de l’intégration comme objectif ultime pour l’OMVS.

Enfin, une prière et une minute de silence ont été observé à la demande du Haut-Commissaire SEMEGA pour les disparitions du Haut-Commissaire Adjoint Ahmed Abdel FETTAH et M. Ousmane PLEAH de la SOGED.