Comité de coordination (CLC / CNC)

Depuis plus d’une décennie, l’OMVS  conduit une politique volontariste de participation des usagers et divers acteurs à la gestion du bassin. Elle s'est exprimée d'abord dans le cadre du Projet d’Atténuation et de Suivi des Impacts sur l’Environnement (PASIE) par l'installation de Comités Locaux de Coordination pour une gestion concertée des impacts négatifs des grandes infrastructures sur l’environnement physique et humain.

La participation des acteurs est organisée sur 3 échelles.

A l’échelle régionale:

  • Un Comité de bassin dans lequel on retrouve tous les types d'usagers de la ressource
  • Une Commission Permanente des Eaux (CPE), instance technique de concertation

A l’échelle nationale:

  • 4 Comités Nationaux de Coordination (un par Etat membre) qui assurent la coordination des activités dans le pays et qui jouent aussi un rôle d’interface.

A l’échelle locale, le dispositif repose sur les 28 Comités Locaux de Coordination qui assurent la mobilisation de l’ensemble des acteurs locaux afin de les impliquer au processus de prise de décisions et facilitent la mise en œuvre des programmes de l’OMVS dans le bassin.  Ces CLC ont été créés quand l’OMVS  a mis en place les mesures compensatoires liés aux déplacements de population suite à la construction des barrages et des lignes de transport de l’énergie.

D'abord au nombre de 14 dans le PASIE, les CLC sont passés à 28 dans le cadre du Projet GEF, créés dans les 28 subdivisions administratives départementales que compte le bassin hydrographique du fleuve Sénégal. Selon le pays, ces départements administratifs changent de nom mais le niveau territorial reste le même. C’est ainsi que nous avons un CLC dans chacun des 10 Cercles qui existent dans le bassin malien, dans les 7 Moughatas du bassin mauritanien et dans les 7 départements de la partie sénégalaise du bassin.

Pour la Guinée, les CLC ont été installés par zone de bassin et ce sont les Préfets, autorité des Chefs Lieux de Préfectures (département) qui assurent le fonctionnement de chaque CLC. Ils sont au nombre de 4 dans les sous bassins de Bafing source (Mamou), Bafing aval (Toughé), Falémé (Mali) et Bakoye (Siguiri).

Dans le principe les acteurs socioprofessionnels et associatifs présents dans le département sont représentés au sein des CLC : agriculture, élevage, pêche, chasse, exploitation forestière ainsi que les associations de femmes, de jeunes et les ONG. En pratique les représentants de ces usagers n'ont pas toujours la représentativité souhaitée (certains représentants ont été désignés par les préfets et n'ont pas été élus), ce qui peut créer des dissensions dans la communauté.

Les services techniques du département sont en général également présents à titre d'observateurs ou de conseillers techniques. En fonction de leurs besoins, Les CLC peuvent s’adjoindre les services de toute structure ou personne ressource, entre autres les services techniques déconcentrés de l’Etat.

Ils sont ainsi répartis dans les Etats membres :

  • GUINEE : Mamou, Mali, Siguiri, Tougué
  • MALI : Bafoulabé, Diéma, Kita, Kati, Kolokani, Koulikoro, Kayes, Kéniéba, Banamba, Yélimané
  • MAURITANIE : Rosso, Keur Macène, Boghé, Bababé, Kaédi, Mbagne, Sélibaby
  • SENEGAL : Louga, St Louis, Dagana, Podor, Matama, Kanel, Bakel